Viola : "Avec le Waacking, je me sens libre d’exprimer ma personnalité."

Le Club vous présente Viola, notre danseuse engagée et coach hors pair. Co-fondatrice de l'association Mad(e) in Waack, elle nous partage l'histoire de ce mouvement culturel passionnant.



Viola, raconte-nous tes débuts et ton parcours de danseuse professionnelle...

J’ai commencé la danse à l’âge de 7 ans, à Florence, où je suis née et ai grandi !


Une rencontre fondamentale a été celle avec la danseuse Domenica Barra, aka Localock. C'est elle qui m'a formée aux différents styles de danses Hip-hop... Mais surtout, elle m'a transmis la passion de la culture Hip-hop.


Au fil des années, j’ai ressenti le besoin de voyager à l’étranger, notamment aux US, au Japon et en Europe afin d'aller à la rencontre des pionniers du Hip-hop, notamment en Locking et en Waacking. En 2014, je me suis installée à Paris et j'ai intégré, avec bonheur, la communauté de danseurs en participant aux battles, présents sur la scène française et à l’étranger.

En parallèle, j’ai fait un master en danse thérapie qui m’a donné une nouvelle perspective de la danse. J’ai vécu un moment de recherche personnelle en termes émotionnels et de gestuelle qui a eu un fort impact sur ma manière de danser.


Aujourd’hui je suis danseuse interprète en compagnie, ainsi que chorégraphe et interprète du solo «Armonia». Je suis également professeure car j'aime partager et transmettre. J'ai aussi une casquette d'organisatrice d’événements de danse, avec mon association Mad(e) In Waack.


"Le Waacking était un moyen de libre expression, une arme pour combattre la marginalisation et les préjugés."


Qu’est-ce que le waacking ? Pourrais-tu nous parler de ses origines et du mouvement actuel ?


Le Waacking est une danse sociale, une danse de club, qui est née dans les clubs gay de Los Angeles. Cette culture des années fin 60 - début 70 émane des communautés afro-américaine et latino, dans un contexte où l’homosexualité et les non blancs étaient discriminés.


Les clubs étaient des espaces auxquels les homosexuels, les marginaux, les rejetés de la société, en somme tout ce qui ne rentrait pas dans les normes sociétales, pouvaient accéder sans craindre d’être jugés. Le Waacking était un moyen de libre expression, une arme pour combattre la marginalisation et les préjugés. Quand on parle de Waacking, on parle de liberté, d’expression, de créativité et de personnage.



Aujourd’hui nous écrivons Waacking avec deux A, toutefois à l’origine on l’écrivait Whacking. Le mot “Whack”, qui veut dire que l’on craint ("tu crains").


Le Waacking se danse principalement avec les bras, et puise son inspiration dans le cinéma hollywoodien avec des actrices telles que Audrey Hepburn, Marylin Monroe ou encore Jane Wyatt.


Elle s'inspire également du cinéma muet, en s'appropriant les gestes de la vie quotidienne, ce qu’on appelle le Punking.


Aujourd’hui, elle garde les mêmes valeurs tout en s’étendant à toutes communautés. Le Waacking se danse originellement sur de la Disco, cependant en évoluant avec notre temps cette discipline se danse maintenant sur tout type de musique. Cette culture donne l’opportunité aux danseur.euse.s de s’exprimer en racontant leur propre histoire.



C'est un moyen de s’échapper de la réalité, d’où le principe de se créer un personnage lorsque l’on danse, ou d’en créer un différent à chaque fois que l’on danse. Il n’y a aucune règle.


"Cette danse me permet de me connecter profondément à moi même et à mes émotions."

Qu’est-ce que le waacking symbolise pour toi ? En quoi le Waacking te touche personnellement ?


La découverte et l’apprentissage du Waacking a eu un rôle central dans mon évolution en tant que danseuse. Avec sa culture, ses valeurs, son esprit, cette danse me permet de me connecter profondément à mes émotions. Cette danse est spectaculaire, je me sens libre d’exprimer ma personnalité.


J’adore la musique disco qui est la musique originelle du Waacking ! C'est ce qui m’a donné l’envie d'apprendre cette danse initialement ! Mais aujourd'hui, j’aime aussi interpréter d’autres musiques avec la technique Waacking. Donner une autre couleur à l’histoire que j’ai envie de raconter, une émotion différente. 




Que fait l’association Made-in- Waack ? 


L’association Mad(e) In Waack a été fondée en 2017 par Mounia Nassangar et moi-même. Nous avions l’envie de promouvoir et de développer le Waacking sur la scène parisienne et française. Nos objectifs : transmettre l’esprit, les valeurs et la technique de la danse, et organiser des événements avec les pionniers de la discipline et les waackeurs-ses de la nouvelle génération.


Au fil des années nous avons eu la chance d’organiser des événements (jam, battles, conférences, workshops) dans des lieux emblématiques parisiens tels que La Villette, Le Palais de Tokyo, Mona Bismark American Center et LeStudio - Club Arty !




Toi et LeStudio... raconte comment cela a commencé :)


C'est grâce à un cher ami danseur, Hahim Hachouche, que nous nous sommes rencontrés ! Nous étions à la recherche d'un lieu où pratiquer le Waacking, en ligne avec nos valeurs et capable de rassembler et faire grandir notre communauté et notre scène parisienne. Un lieu intime, atypique, pouvant se "transformer" en dancefloor pour garder l'esprit danse de club / danse sociale... Nous avons fait un premier événement ensemble en 2017 et cela a été un succès !


"Se sentir bien, prendre plaisir en dansant, apprendre à danser devant les autres sans peur du jugement."


Tu donneras cours d'initiation au Waacking tous les dimanches à 15h30 entre le 6 septembre et le 5 octobre chez LeStudio. Comment se déroule ton cours de Waacking ?


Tout d’abord, je m’assure de transmettre l'histoire, les origines, l'esprit et les valeurs du Waacking. C'est une danse, et c'est avant une culture et des valeurs. Je fais aussi découvrir les sons disco et funk qui caractérisent le Waacking.


J’enseigne les bases techniques c’est à dire la technique des bras, le punking, les déplacements, la musicalité etc.. qui sont pratiquées sous forme d’exercices en freestyle et/ou avec un enchaînement de mouvements chorégraphiés.


Je fais aussi un travail important sur la confiance en soi. Se sentir bien, prendre plaisir en dansant, apprendre à danser devant les autres sans peur du jugement. L’espace du cours est un espace “safe”.




Que conseilles-tu à celles et ceux qui ont envie de commencer le Waacking ?


Mon conseil est tout d'abord s'intéresser à l'histoire du Waacking pour comprendre l'essence de cette danse magnifique et écouter les classiques de la musique disco pour bien s'imprégner de la dynamique. Ensuite, bien sûr, prendre des cours pour acquérir les bases techniques.


Comme l’esprit du Waacking est celui de la libre expression de soi-même ou du personnage que l’on a envie de jouer dans le moment présent... mon conseil est de s’autoriser à être ce dont on a envie, n’avoir pas peur de s’exprimer, se laisser emporter par la musique tout en incorporant le langage technique et l'esprit Waacking.



> S'INSCRIRE AUX COURS : cliquez ici.

> LIRE NOTRE ARTICLE sur le Waacking.


60 vues
  • Instagram - White Circle
  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Gris Cercle